C'était avant-hier .... Deux ans se sont écoulés depuis notre dernière mission effectuée en avril mai 2003, où nous avions dirigé les travaux de construction de trois maisons en faveur des familles mono parentales en détresse et le forage d'un puits afin de trouver l'eau nécessaire nous permettant de poursuivre le projet de la cité Ana Francia. C'était hier … La préparation  Rappelons qu'il a fallu forer jusqu'à -158 mètres pour atteindre la nappe phréatique et que le niveau d'eau s'était stabilisé à -130 mètres environ. Dans le forage un conduit en PVC de 15 centimètres de diamètre avait été placé et autour de celui-ci une dalle fondation en béton armé de 20 centimètres d'épaisseur avait été coulée. Le tout avait été sécurisé par la pose d'un bouchon sur le conduit PVC et du grillage tout au tour de la dalle. Ce délai de deux ans fut nécessaire pour : - Faire le choix du type d'installation électrique pour alimenter la pompe électrique immergée dans le puits, vu que l'on ne pouvait pas installer de pompe manuelle à cause de la profondeur. Nous avons opté pour l'installation d'une centrale solaire de 3,36 KW avec panneaux photovoltaïques destinés à alimenter la pompe de 2,1 KW. - Faire l'étude technique, puis consulter les sociétés opérant dans le domaine des énergies renouvelables pour obtenir des devis et enfin choisir la société qui nous offrait le prix le plus intéressant à cahier de charge identique (le meilleur rapport qualité prix). - Faire l'étude technique pour la construction du local électrique et du réservoir d'eau avec les descriptifs et les devis estimatifs. - Composer le montage financier, estimé à 53 700 Euros, avec les fonds propres de l'association et les subventions de différents organismes. - Préparer et remettre les dossiers de demandes de subventions. - Attendre l'acceptation ou le refus des demandes de subventions. - Négocier les délais de livraison des équipements électromécaniques et les modalités du transport. Ces études et ces demandes ont été menées par Jean Lomascolo, technicien en production électrique et Simone Drepierre, présidente de l'association. Le projet a pu être réalisé grâce aux subventions attribuées par : · Le Ministère des Affaires Étrangères, · La Mairie d'Aix en Provence, · La Région PACA, · Le Lion's club de Saint Rémy de Provence, · Le Rotary Club de Genève, · Les fonds propres de l'association et un prêt bancaire pour compenser les subventions promises par le Conseil Général et qui à ce jour n'ont toujours pas été accordées. Aujourd'hui….. Nos remerciements Nous tenons à remercier vivement les organismes, mais aussi tous les donateurs particuliers qui nous aident financièrement et nous permettent de réaliser ce magnifique projet humanitaire. Nous tenons aussi à remercier Monsieur Roch Saint Pierre, PDG de la société Micro- Energies au Québec, avec qui nous avons traité tout l'achat du matériel solaire par Internet. Nous avons pu faire sa connaissance au Honduras puisqu'il s'est gentiment proposé de venir nous aider. Il a beaucoup souffert ... à l'atterrissage de l'avion à Tegucigalpa où il a cru sa dernière heure arrivée et pendant son séjour durant lequel il a eu beaucoup de mal à supporter la chaleur torride. Merci Roch !! Un merci tout particulier à Don Moncho et à toutes les personnes de San Marcos qui nous apportent leur aide lors de nos séjours au Honduras. Notre voyage ….. A l'origine programmé pour le mois de février notre voyage dût être reporté de 2 mois. Nous ( Simone et Jean ) sommes donc partis le 25 mars 2005. Avec armes (quelques outils) et bagages nous avons pris l'avion à Marseille Provence. Là, nous avons décollé vers 7 heures en direction de Madrid (Espagne), Guatemala, San José de Costa Rica et enfin Managua (Nicaragua) où nous sommes arrivés à 21 heures, heure locale (le 26 mars, 6 heures en France). Nos bagages n'étaient pas à l'arrivée, mais cela ne nous a pas empêché de passer la nuit dans un petit hôtel, cher pour le service rendu. Mais bon !! Le lendemain à 5 heures, nous étions prêts pour la suite du voyage. Nons avons du attendre trois heures avant de posséder les fameux billets qui nous permettaient de prendre le bus pour le Honduras et à 8 heures nous avons enfin pris le bus " exprès " qui relie Managua (Nicaragua) à San Salvador (El Salvador) en passant par le Honduras, notre point de chute. Nous avons donc emprunté la route Panaméricaine, cette route qui relie l'Amérique du Nord à l'Amérique du Sud en passant par l'Amérique Centrale. Après le premier arrêt pour effectuer les formalités douanières à la frontière Nicaragua Honduras, le bus nous a déposé à l'entrée de la petite ville de San Marcos de Colón, située à 10 kilomètres de la frontière, où nous sommes arrivés vers 12 heures après avoir parcouru 200 kilomètres. Là, nous attendaient Don Moncho, le Professeur d'école et Doña Gwladys, la gérante du " Comedor ", petit restaurant où nous prenons nos repas. Après le traditionnel repas, comprenant haricots rouges, riz et tortillas de mais, nous nous sommes rendus à l'" Hostelito Mi Esperanza " où nous avons déposé les maigres bagages que nous avions pu sauver : nos bagages à main. Dans le courant de l'après-midi nous nous sommes rendu au terrain Ana Francia où nous attendaient les familles logées par l'association Vivre au Honduras. L'accueil fut, comme d'habitude, très chaleureux. Ensuite nous avons rencontré la douzaine d'ouvriers avec qui nous allions devoir travailler pendant 4 semaines, expliqué la nature des travaux à effectuer et établi le montant des salaires : 203 Lempiras (8,40 Euros) pour les maçons et 123 Lempiras (5 Euros) pour les manœuvres, par journée de 9 heures de travail. La journée commence à 6 heures et se termine à 16 heures avec une pause de 15 minutes et une autre de 45 minutes. Le début des travaux Les travaux de construction du local électrique, du réservoir d'eau, les murs supports des panneaux photovoltaïques, les clôtures de protection, démarrent le lundi 28 mars et se termineront le mercredi 18 mai 2005. Le local électrique est construit sur la dalle fondation qui entoure le conduit du forage, avec des agglos à bancher et une structure anti sismique en béton armé, charpente de bois traité et toit en tôles fibrociment. Sa surface est de 9 m². Le réservoir d'eau est constitué d'une colonne dont la surface au sol est de 2.20m X 2.20m comprenant 4 piliers en béton armé dont la section est 30cm X 30cm et la hauteur est de 3.20 mètres. Les piliers sont reliés entre eux par des murs en agglos banchés. Au sommet des piliers, est posée une dalle en béton armé de 20 cm d'épaisseur sur laquelle repose un réservoir en PVC de 5 000 litres. La récupération du matériel à Tegucigalpa Après 3 semaines d'âpres discussions, par l'intermédiaire d'un avocat mais aussi grâce à l'aide de la mairie et de la paroisse de San Marcos, tout le chargement venant du Québec peut enfin sortir de la douane sans avoir à payer les taxes douanières. Le samedi 16 avril au petit matin, nous nous rendons à Tegucigalpa pour récupérer tout le matériel électromécanique : pompe, panneaux photovoltaïques, accumulateurs, onduleur, régulateurs de charge, contrôleur de pression, câbles électriques, connecteurs, disjoncteurs, groupe électrogène de secours. Tout ce matériel sera récupéré à 1 heure du matin, sous l'œil vigilant de la police et nous rentrerons à San Marcos où nous arriverons à vers 6 heures. L'installation électrique Les travaux de l'installation électrique, effectués par Jean Lomascolo, s'échelonnent du dimanche 17 avril au samedi 14 mai. Cela comportera : - Câblage et descente de la pompe dans le puits à -121 mètres (le niveau d'eau, étant encore remonté, il se situe à -98 mètres, en saison sèche). - Câblage et mise en service du groupe électrogène de secours. - Essais et mise en service de la pompe avec le groupe électrogène dans le local électrique: - Pose du tableau de contrôle et commande avec le câblage des accumulateurs, des connecteurs, des disjoncteurs, des régulateurs de charges, de l'onduleur et des interrupteurs. - Câblage des panneaux photovoltaïques et du contrôleur de pression. - Essais et mise en service des 42 panneaux photovoltaïques et de l'ensemble de l'installation au cours desquels tout se passe bien. Les installations, électriques et hydrauliques, fonctionnent normalement. La pose des panneaux photovoltaïques et sécurisation de l'installation Pour poser les panneaux photovoltaïques nous avons construit 5 murets, en agglos banchés, d'une hauteur de 1.30 m. avec une inclinaison de 15%. Sur ces murets un châssis métallique composé de profilés acier en U a été bâti, lequel supportera les 42 panneaux photovoltaïques fixés à l'aide de boulons. La clôture de sécurité, qui entoure l'ensemble des installations, est composée d'un grillage métallique tenu par des tubes hauts de 2.50 m. et d'un portillon d'entrée muni d'une serrure. Deux grillages de sécurité ont été posés 60 centimètres au-dessus des panneaux pour éviter les jets de pierres. Familles et enfants d'Ana Francia Ici un enfant handicapé, mais heureux. Il vit avec sa famille dans une des maisons Ana Francia. Les 7 familles logées depuis 2003 dans les maisons de l'association disposent aujourd'hui d'une quantité d'eau suffisante, en moyenne 300 litres par jour et par famille, pour l'usage hygiénique et ménager mais aussi pour arroser les jardins potagers et arboricoles.   Notre séjour s'est passé relativement bien. Malgré tout, en contact direct avec la population locale, nous avons vécu, de loin ou de près, la misère, la délinquance, la corruption, la chaleur et surtout le manque cruel d'eau…..Mais à chacun de nos voyages nous redécouvrons aussi la chaleur de ces gens et la foi qui les animent pour continuer de vivre dans la pauvreté, mais dignement. Les maisons d'Ana Francia Les remerciements Les habitants d'Ana Francia vous remercient pour l'aide reçue de la part de l'association Vivre au Honduras. Merci pour tout. Bon voyage Simone et Jean. Nous vous aimons beaucoup. Notre retour…. Enfin !!!! Notre retour était prévu pour le 20 mai. Nous nous rendons donc à Tegucigalpa le 19 et nous nous présentons à l'aéroport le 20 à 5 heures. Là nous apprenons que suite au passage d'un ouragan, les avions ne décolleront pas. Notre voyage est une nouvelle fois remis, et c'est donc le 21 mai à 7 heures que nous prenons enfin l'avion, via San José de Costa Rica, Madrid et Marseille Provence où nous arrivons le 22 mai à 19 heures. Fait à Aix en Provence le 25 mai 2005 Simone et Jean Quatrième mission humanitaire San Marcos de Colón (Honduras)  26 mars - 21 mai 2005 Peint sur un mur à Tegucigalpa : "Nous voulons grandir sains et forts. Respectez notre droit à l'alimentation". Contact Nos projets Nos actions Présentation Page d'accueil | Plan du site | Présentation | Nos actions | Nos projets | Contact Ana Francia 2005 Accueil